À propos

Le projet innovant « Ecrivez-le avec des fleurs » fédère un groupe de jeunes chercheurs de l’ED 120 autour de l’étude des métaphores et métamorphoses florales dans la littérature des XXe et XXIe siècles.

Nous esquissons ici quelques pistes de réflexion à l’origine du projet, destinées à être prolongées et approfondies par les travaux de l’équipe.

ooo

   À fleur de peau, fleur bleue, faire une fleur, conter fleurette, autant de métaphores lexicalisées – point de départ de notre réflexion – qui nous incitent à ranger le motif floral parmi les clichés surannés. Les nombreuses métamorphoses qu’il subit dans les écritures de la modernité nous amènent pourtant à le considérer comme « métaphore vive ». Une approche thématique assumée qui s’organisera autour de couples notionnels a priori antinomiques évitera l’écueil de la simplification de ce motif bien moins univoque qu’il n’y paraît.

Définition du champ

Pour saisir la complexité et la spécificité de cet objet d’étude, il convient tout d’abord d’en délimiter l’extension. En effet, au sein du règne végétal, la fleur possède une place bien particulière et se distingue par un certain nombre de critères définitoires. Pour les botanistes, seul le critère « fonctionnel »[2] (pollinisation et reproduction), prévaut, ce qui n’est pas sans lien avec la dimension féminine et maternelle qui lui est souvent conférée. C’est cette féminité que retiennent tant le sens commun que la tradition artistique, associant la fleur à la beauté, la sensualité et la sexualité. Son aspect et son parfum lui octroient en outre une dimension ornementale clairement exploitée dans les œuvres.

Cette définition permet de creuser l’écart qui sépare la fleur de ce qu’elle n’est pas, et ce avec quoi elle est trop souvent confondue. Le motif du jardin, objet privilégié de la critique, ne prend selon nous pas assez en compte la richesse et la différence de la fleur. Le traitement du règne végétal en littérature commence à être exploré[3], et c’est dans cette perspective que nous entendons nous situer. Par ailleurs, c’est dans le prolongement des travaux menés par l’équipe du programme « Animots »[4] que notre recherche s’intègrera, dans le cadre d’une réflexion plus globale sur le vivant.

Périodisation : perspectives diachroniques et histoire des représentations

Souhaitant lier la question de la fleur à la problématique de la modernité, nous avons circonscrit notre champ d’investigation aux XXe et XXIe siècles. Notre démarche devra donc s’inscrire dans une perspective diachronique corollaire d’une entreprise de périodisation visant à rendre compte des transformations de cette thématique découlant d’évolutions d’ordre esthétique mais aussi politique, social, économique ou encore épistémologique.

Après la mise en place, dans l’imaginaire romantique, d’une pensée de la nature où la fleur renvoie à l’être aimé, sublimé, la seconde partie du XIXe siècle voit se développer et se démocratiser le goût de la culture des fleurs . Les progrès de la floriculture et de la botanique vont de pair avec le développement d’une mode, dont la littérature est témoin. Les fleurs colonisent ainsi les serres et les jardins, faisant de ces lieux clos le théâtre d’une séduction qui perd son innocence dès le Second Empire[5]. À la fin du XIXe siècle, la fleur achève avec les décadents de sombrer dans l’artifice et/ou la perversion[6], et se dévêtit de ses atours pour s’embourber dans le quotidien ou la trivialité[7].

À la Belle Époque, les sociétés horticoles se multiplient, les expositions et concours de fleurs sont nombreux. Dans l’éditorial du premier numéro du Journal d’horticulture créé en 1887, revue à laquelle Mirbeau collabore, on peut ainsi lire : « Jamais à aucune époque le goût des fleurs, des plantes n’a été aussi général : elles président à toutes les cérémonies, elles sont de toutes nos fêtes […]. » La prolifération florale chez Proust − les fleurs des champs authentiques et naïves y côtoient les fleurs des villes importées et mondaines  − témoigne de cette mode culturelle. C’est dans le cadre d’une civilisation industrielle et mondialisée que la référence florale se voit métamorphosée : déjà chez Rimbaud, il s’agit de chanter « d’étranges fleurs / Et des papillons électriques / […] Et les poteaux télégraphiques »[8]. La poésie et le roman de l’entre-deux-guerres explorent aussi ce rapprochement de la fleur et de la machine, remotivant notamment le topos de la femme-fleur, souvent vue comme symbole révolutionnaire[9]. Dans notre société post-industrielle où les friches urbaines laissent quelque place marginale à la flore[10], la fleur ne semble plus porteuse des mêmes enjeux.

S’éloignant du cadre traditionnel pour devenir la marque du kitsch[11] ou du mauvais goût de la culture populaire, se reproduisant à l’identique sur les tissus liberty ou les sérigraphies de Warhol[12], se diffusant encore sur les i-phones ou i-pads des amis de David Hockney[13], la fleur continue, aux XXe et XXIe siècles, de se renouveler et de hanter la création artistique.

Corpus : approche interdisciplinaire et transgénérique

Ce projet s’inscrira résolument dans une démarche interdisciplinaire, tant du point de vue des supports convoqués que des outils critiques utilisés. Nous nous intéresserons en effet, dans le champ littéraire français et francophone, à la prose narrative (incluant des genres « mineurs » tels la littérature de jeunesse, la science-fiction, le roman érotique ou  encore le roman policier), au théâtre (y compris le vaudeville, le théâtre de boulevard et le mélodrame) et à la poésie (en y associant les chansons d’écrivains comme Boris Vian ou Pierre Mac Orlan).

Partant du constat qu’un certain nombre des textes de notre corpus s’accompagnent d’illustrations (soit de la main de l’auteur − Cocteau, Saint-Exupéry −, soit dans le cadre d’éditions illustrées − des Fleurs du mal par exemple −), il faudra également s’interroger sur le rapport qu’entretiennent le texte et l’image dans ces ouvrages. Par ailleurs, nous ouvrirons notre champ de recherche aux œuvres cinématographiques et aux arts du spectacle (en particulier à la pratique chorégraphique[14]). Nous inclurons également dans notre corpus les anthologies et autres florilèges en raison de leur parenté, que révèle l’étymologie de ces termes, avec la pratique de l’herbier et autres recueils floraux. Les paratextes (préfaces, postfaces, titres) viendront alimenter notre réflexion, notamment en ce qui concerne l’usage métapoétique de la fleur[15]. L’étude des titres[16], en particulier, fera apparaître la dimension séductive de la fleur : si elle relève d’une stratégie d’accroche pour attirer l’attention du lecteur, cette convocation s’avère bien souvent déceptive au sens où le motif floral se fait discret, voire marginal dans le corps du texte.

Ce corpus a pour vocation d’être enrichi par toute proposition extérieure s’inscrivant dans ces problématiques.

Approches critiques

Dans le cadre de la critique littéraire, l’approche thématique s’impose, même s’il faudra se garder de cantonner la fleur à un simple motif. L’outillage conceptuel des approches poétique et narratologique permettront d’analyser l’insertion et le rôle de la fleur  dans l’intrigue (digression, pause descriptive, ressort de l’intrigue, etc.). Nous intégrerons à notre étude des éléments d’histoire littéraire et des analyses stylistiques à même de disséquer la fleur de rhétorique. L’histoire des arts viendra étayer nos propos tandis que l’histoire des idées (dimension militante de la fleur), la sociologie (rites et mondanités) et la botanique (littérateurs horticoles et botanistes poètes) enrichiront notre démarche[18].

 


[2] Georges Mangenot, Dictionnaire de la botanique, article « Fleurs », Encyclopaedia Universalis et Albin Michel, 1999 : « La seule définition simple qu’il est possible de donner de la fleur est fonctionnelle. » (p. 466-467)

[3] Le végétal, éds. Jean-Pierre Cléro et Alain Niderst, Publications de l’Université de Rouen, 2000 ; « Le modèle végétal dans l’imaginaire contemporain », journée jeunes chercheurs, Université Marc Bloch-Strasbourg 2, mai 2007 ; « Traces du végétal », colloque qui se tiendra à l’Université d’Angers, juin 2012.

[4] « Animaux et animalité dans la littérature de langue française (XXe-XXIe siècles) », programme mené en partenariat avec l’ANR, l’EHESS, le CNRS et l’EA 4400 de Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (2010-2014).

[5] Dans Nana, ainsi, l’atelier d’artiste qui occupait le centre de l’hôtel de l’avenue de Villiers est transformé en serre, à la fois lieu mondain et lieu de l’intimité amoureuse à la transparence douteuse.

[6] Voir les œuvres des romanciers décadents, notamment À Rebours (1884) de J. K. Huysmans et Le Jardin des supplices (1899) d’O. Mirbeau.

[7] Tristan Corbière, « A une rose », Les Amours jaunes (1873).

[8] Arthur Rimbaud, « Ce qu’on dit au poète à propos de fleurs », lettre à Théodore de Banville datée du 15 août 1871.

[9] Nous pensons notamment aux deux Elsa : celle de la poésie aragonienne et La Cavalière Elsa de Pierre Mac Orlan.

[10] Wilfried N’Sonde, Fleur de béton, Actes Sud, 2012.

[11] Voir Abraham André Moles, Psychologie du kitsch : l’art du bonheur, Denoël-Gonthier, 1976.

[12] Andy Warhol, Flowers.

[13] Exposition « Fleurs fraiches »  (dessins sur i-phone et i-pad) de David Hockney à la fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent (du 20 octobre 2010 au 30 janvier 2011).

[14] Chez Loie Fuller (début XXe), par exemple, qui, par un jeu de voiles et de lumières, se métamorphosait en fleur sur scène.

[15] Voir  Montherlant, « En relisant La Reine morte » (1954), Théâtre, Gall, Biblio de la Pléiade, 1972 p. 192-196 : « La pièce est construite à la façon d’une fleur. Les deux premiers actes, dépouillés, d’une ligne extrêmement simple, qui ne supporte même aucune scène d’articulation, s’élancent droit comme une tige. L’entracte unique les isole du IIIème acte. Le IIIème acte, très différent de facture, s’épanouit en une ombelle abondante. Toute la pièce s’y élargit, s’y charge de sève et de sens, si bien que les autres actes, par comparaison, paraissent presque trop nus. », p. 196.

Ou encore Ponge, La Rage de l’expression, « L’œillet » : « Relever le défi des choses au langage. Par exemple ces œillets défient le langage. Je n’aurai de cesse avant d’avoir assemblé quelques mots à la lecture ou l’audition desquels l’on doive s’écrier nécessairement : c’est de quelque chose comme un œillet qu’il s’agit. Est-ce là poésie ? Je n’en sais rien, et peu importe. Pour moi c’est un besoin, un engagement, une colère, une affaire d’amour-propre et voilà tout.»

[16] Les exemples sont multiples : Les Fleurs du mal, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, Notre Dame des Fleurs, Les Fleurs de Tarbes, Rosa Mystica, La Dame aux Camélias, entre autres.

[18] Cette perspective scientifique s’inscrit dans la continuité des travaux d’« Animots ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *