Séminaire « Métaflores artistiques : la métaphore florale en peinture et en danse »

 

      

Ce troisième séminaire s’intéresse à la façon dont la métaphore florale évolue du motif au moteur dans l’éclosion du geste créateur, à partir de l’œuvre picturale  de Matisse et de la conception de la chorégraphie selon l’artiste et théoricienne de la danse Wilfride Piollet.

L’intégralité de la séance sera bientôt disponible à l’écoute !

 

 

Séminaire « Femme fleur : la fin d’un cliché ? »

       

 Ce premier séminaire propose une promenade au fil des représentations stéréotypées de la femme, réduite au rôle de potiche, d’ingénue fleur bleue à la sensibilité à fleur de peau. Il s’agit, pour dépasser la simple opposition au cliché, d’explorer les renouvellements que la modernité littéraire propose (XXe-XXIe s.). Virilisée, militante et conquérante, la fleur n’est pas pour autant exclue du roman sentimental et du romanesque de la passion. A partir d’un corpus divers, de Proust à Harlequin, les intervenants tracent les contours d’un topos, et de sa mutation, sans chercher l’exhaustivité. Ce panorama intègre des analyses plus précises, afin de nous interroger sur le fonctionnement de cette métaphore « vive ».

L’intégralité de la séance est disponible à l’écoute ci-dessous :

Ce séminaire, se voulant participatif et transdisciplinaire, ménage des temps de discussion entre les participants  ; des documents iconographiques et des séquences filmiques viennent prolonger les réflexions autour d’une métaphore qui n’est définitivement pas un cliché fané.

Voir les illustrations mentionnées

Consulter l’exemplier de la séance

Consulter l’exemplier de l’intervention sur Albert Cohen

Trop de fleurs ?

Jules Verne, Trop de fleurs !, préface de François Angelier, « Les Éditions du sonneur », 2012

Que faire lorsque le président de la Société d’horticulture de Picardie vous prend au dépourvu et vous demande de prononcer un long discours pour l’assemblée générale de ladite société, prévue le 22 février 1891 ? La situation est d’autant plus embarrassante lorsqu’on ne sait, comme Jules Verne, « distinguer le géranium de la bourrache, ni le convolvulus du rhododendron ». Devant une fleur, si belle soit-elle, l’écrivain serait en effet tenté d’imiter Perdican et de se contenter d’un « je trouve qu’elle sent bon, voilà tout.[1] » Trop de fleurs !, dont le titre fait écho à La Belle Hélène d’Offenbach, démontre en une trentaine de pages comment l’orateur, à force d’humour et d’ingéniosité, parvient à se tirer une épine − de rose − du pied. Les démarches entreprises dans l’espoir de s’initier à la botanique, restée pour lui terra incognita, lui fourniront même la trame de son discours. À défaut de pouvoir compter sur sa connaissance des fleurs, Jules Verne cultive les fleurs de rhétorique, preuve que l’écrivain et le jardinier ont tous deux la main verte.

Marie Sorel


[1] Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour, 1834.