Désirs, fleurs et volupté

   Si la figure féminine est le fil rouge de l’exposition « Désirs & Volupté à l’époque victorienne » qui se déroule en ce moment (13 septembre-20 janvier 2014) au musée Jacquemart-André à Paris, le visiteur en quête de promenade fleurie ne sera pas en reste, tant les fleurs sont quasiment de tous les tableaux. Exploitant le potentiel ornemental de la fleur, pour laquelle la société de la fin du XIXe siècle s’engoue tant en France qu’en Angleterre, les peintres victoriens en font l’accessoire idéal de leur quête esthétique. En couronnes dans des chevelures tressées, en bouquets sur des guéridons dorés, ou simplement posées sur des genoux délicats, les fleurs sont associées à l’exaltation de la féminité, et permettent aux artistes anglais de célébrer, à travers elles, le « culte de la beauté ». Une beauté qui peut se révéler fatale, comme le prouve l’étourdissant tableau de Sir Lawrence Alma-Tadema « Les Roses d’Héliogabale » (1888). Reprenant un épisode du règne du jeune et cruel empereur, qui fit déverser des brassées de pétales de rose sur la tête de ses invités lors d’un banquet, le peintre offre une représentation à couper le souffle de ce tourbillon fleuri, qui entraîna la mort par étouffement d’un certain nombre de convives.

                                                             

Anaëlle Touboul

Exposition « L’Art nouveau : la révolution décorative »

Exposition « L’Art nouveau : la révolution décorative » à la Pinacothèque du 18 avril au 8 septembre 2013 

   Les grands noms de l’Art nouveau ─ Gallé, Daum, Lalique, Mucha, Gaudi, Guimard, Grasset, Van de Velde, pour ne citer qu’eux ─ ont cultivé la fleur sous tous ses aspects et à travers une grande diversité de supports. Bois, pierres précieuses, lithographie, fer, verre, opale, diamant : la rétrospective qui se tient actuellement à la Pinacothèque ravira les florophiles, qui pourront admirer, entre autres, les décors floraux des vases d’Émile Gallé et des frères Daum, le portrait fleuri de Sarah Bernhardt par Paul Berthon ou encore La Femme aux iris de Georges Alfred Bottini. L’Art nouveau, dont la première réalisation est l’Hôtel Tassel conçu en 1898 par Victor Horta, à Bruxelles, fait la part belle aux volutes, à l’arabesque, à la nature et à la sensualité. Autant de raisons qui ont poussé les représentants de cet art, qualifié de « nouille » par ses détracteurs, à exploiter la fonction ornementale et la charge érotique de la fleur. Cette dernière se glisse par exemple dans la chevelure des femmes lascives des affiches de Mucha pour le papier à cigarette Job. Dans cet art total parfois taxé de décadence et d’immoralité, les lignes sinueuses des pétales, des feuilles, des tiges et les courbes voluptueuses du corps féminin en viennent à se confondre. La danse serpentine de Loie Fuller, filmée en 1896 par les frères Lumière, en offre une belle démonstration.

Marie Sorel

Herbiers d’artistes

Peintre et calligraphe, Valérie Glasson allie dans ses compositions délicates poésie, motifs floraux et figures féminines, renouvelant avec finesse le cliché traditionnel de la femme-fleur. Une artiste à découvrir ici.

     

Trop de fleurs ?

Jules Verne, Trop de fleurs !, préface de François Angelier, « Les Éditions du sonneur », 2012

Que faire lorsque le président de la Société d’horticulture de Picardie vous prend au dépourvu et vous demande de prononcer un long discours pour l’assemblée générale de ladite société, prévue le 22 février 1891 ? La situation est d’autant plus embarrassante lorsqu’on ne sait, comme Jules Verne, « distinguer le géranium de la bourrache, ni le convolvulus du rhododendron ». Devant une fleur, si belle soit-elle, l’écrivain serait en effet tenté d’imiter Perdican et de se contenter d’un « je trouve qu’elle sent bon, voilà tout.[1] » Trop de fleurs !, dont le titre fait écho à La Belle Hélène d’Offenbach, démontre en une trentaine de pages comment l’orateur, à force d’humour et d’ingéniosité, parvient à se tirer une épine − de rose − du pied. Les démarches entreprises dans l’espoir de s’initier à la botanique, restée pour lui terra incognita, lui fourniront même la trame de son discours. À défaut de pouvoir compter sur sa connaissance des fleurs, Jules Verne cultive les fleurs de rhétorique, preuve que l’écrivain et le jardinier ont tous deux la main verte.

Marie Sorel


[1] Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour, 1834.

Florilège de citations


Pascal Duarte choisit la métaphore florale, dès les premières lignes de sa confession, pour expliquer et excuser son destin criminel…
«Il y a des hommes qui doivent prendre le chemin des fleurs, pendant que d’autres sont poussés à travers chardons et nopals. Les uns possèdent un regard tranquille et, au parfum de leur bonheur, ils sourient d’un visage innocent ; les autres, accablés du soleil violent de la plaine, se hérissent comme la vermine pour se défendre. D’un côté, pour embellir son corps, le fard et les parfums ; de l’autre, les tatouages que nul ensuite n’est capable d’effacer…»

Camilo José Cela, La famille de Pascal Duarte (1942, traduction française 1948)

 

« Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières
Qui battent comme les fleurs battent au vent dément. »

Guillaume Apollinaire, Alcools (1913)

 

« ALARICA : Le cœur d’une reine… Mon cœur… Les anémones, les églantines, les marguerites, les fleurs, toutes les fleurs sont mélangées, dans un panier, comme de la terre. Dans ces fleurs, dans cette terre, ces galeries sont creusées. Les galeries des hommes coupent celles des femmes. Pour chaque galerie, il n’est qu’un croisement. L’homme et la femme ne se rencontrent qu’une fois. »

Jacques Audiberti, Le Mal court (1946)

 

« FANTASIO : […] je cueille modestement des fleurs en attendant qu’il me vienne de l’esprit. »

Alfred de Musset, Fantasio (1833)

 

« LE BARON : Et toi, Perdican, que fais-tu là devant ce pot de fleurs ?
PERDICAN : Voilà une fleur charmante, mon père. C’est un héliotrope.
LE BARON : Te moques-tu ? Elle est grosse comme une mouche.
PERDICAN : Cette petite fleur grosse comme une mouche a bien son prix.
MAÎTRE BRIDAINE : Sans doute ; le docteur a raison ; demandez-lui à quel sexe, à quelle classe elle appartient ; de quels éléments elle se forme ; d’où lui viennent se sève et sa couleur, il vous ravira en extase en vous détaillant les phénomènes de ce brin d’herbe, depuis la racine jusqu’à la fleur.
PERDICAN : Je n’en sais pas si long, mon révérend. Je trouve qu’elle sent bon, voilà tout. »

Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour (1834)

 

« Mrs Dalloway dit qu’elle se chargerait d’acheter les fleurs. »

Virginia Woolf, Mrs Dalloway (1925)

 

« ─ Ce nénuphar, dit Colin. Où a-t-elle pu attraper ça ?
─ Elle a un nénuphar ? demanda Nicolas, incrédule.
─ Dans le poumon droit, dit Colin. »

Boris Vian, L’Écume des jours (1947)

 

« En réalité, le déclic était la rose rouge sur la cheminée, dans un verre, elle pensait qu’on avait dû me la donner, une fille, alors que je l’avais achetée juste pour la voir en me réveillant, histoire d’égayer un peu les volumes. Même Gibert l’avait remarquée : ‘Et des fleurs, avec ça ?’ Connard. Bref, Betty en rougissait, là, sous mes yeux, convulsion d’enfance. Trois mois ensemble ? Bon, salut. »

Philippe Sollers, Passion fixe (2000)