Désirs, fleurs et volupté

   Si la figure féminine est le fil rouge de l’exposition « Désirs & Volupté à l’époque victorienne » qui se déroule en ce moment (13 septembre-20 janvier 2014) au musée Jacquemart-André à Paris, le visiteur en quête de promenade fleurie ne sera pas en reste, tant les fleurs sont quasiment de tous les tableaux. Exploitant le potentiel ornemental de la fleur, pour laquelle la société de la fin du XIXe siècle s’engoue tant en France qu’en Angleterre, les peintres victoriens en font l’accessoire idéal de leur quête esthétique. En couronnes dans des chevelures tressées, en bouquets sur des guéridons dorés, ou simplement posées sur des genoux délicats, les fleurs sont associées à l’exaltation de la féminité, et permettent aux artistes anglais de célébrer, à travers elles, le « culte de la beauté ». Une beauté qui peut se révéler fatale, comme le prouve l’étourdissant tableau de Sir Lawrence Alma-Tadema « Les Roses d’Héliogabale » (1888). Reprenant un épisode du règne du jeune et cruel empereur, qui fit déverser des brassées de pétales de rose sur la tête de ses invités lors d’un banquet, le peintre offre une représentation à couper le souffle de ce tourbillon fleuri, qui entraîna la mort par étouffement d’un certain nombre de convives.

                                                             

Anaëlle Touboul

Exposition « L’Art nouveau : la révolution décorative »

Exposition « L’Art nouveau : la révolution décorative » à la Pinacothèque du 18 avril au 8 septembre 2013 

   Les grands noms de l’Art nouveau ─ Gallé, Daum, Lalique, Mucha, Gaudi, Guimard, Grasset, Van de Velde, pour ne citer qu’eux ─ ont cultivé la fleur sous tous ses aspects et à travers une grande diversité de supports. Bois, pierres précieuses, lithographie, fer, verre, opale, diamant : la rétrospective qui se tient actuellement à la Pinacothèque ravira les florophiles, qui pourront admirer, entre autres, les décors floraux des vases d’Émile Gallé et des frères Daum, le portrait fleuri de Sarah Bernhardt par Paul Berthon ou encore La Femme aux iris de Georges Alfred Bottini. L’Art nouveau, dont la première réalisation est l’Hôtel Tassel conçu en 1898 par Victor Horta, à Bruxelles, fait la part belle aux volutes, à l’arabesque, à la nature et à la sensualité. Autant de raisons qui ont poussé les représentants de cet art, qualifié de « nouille » par ses détracteurs, à exploiter la fonction ornementale et la charge érotique de la fleur. Cette dernière se glisse par exemple dans la chevelure des femmes lascives des affiches de Mucha pour le papier à cigarette Job. Dans cet art total parfois taxé de décadence et d’immoralité, les lignes sinueuses des pétales, des feuilles, des tiges et les courbes voluptueuses du corps féminin en viennent à se confondre. La danse serpentine de Loie Fuller, filmée en 1896 par les frères Lumière, en offre une belle démonstration.

Marie Sorel

Herbiers d’artistes

Peintre et calligraphe, Valérie Glasson allie dans ses compositions délicates poésie, motifs floraux et figures féminines, renouvelant avec finesse le cliché traditionnel de la femme-fleur. Une artiste à découvrir ici.

     

Séminaire « Femme fleur : la fin d’un cliché ? »

       

 Ce premier séminaire propose une promenade au fil des représentations stéréotypées de la femme, réduite au rôle de potiche, d’ingénue fleur bleue à la sensibilité à fleur de peau. Il s’agit, pour dépasser la simple opposition au cliché, d’explorer les renouvellements que la modernité littéraire propose (XXe-XXIe s.). Virilisée, militante et conquérante, la fleur n’est pas pour autant exclue du roman sentimental et du romanesque de la passion. A partir d’un corpus divers, de Proust à Harlequin, les intervenants tracent les contours d’un topos, et de sa mutation, sans chercher l’exhaustivité. Ce panorama intègre des analyses plus précises, afin de nous interroger sur le fonctionnement de cette métaphore « vive ».

L’intégralité de la séance est disponible à l’écoute ci-dessous :

Ce séminaire, se voulant participatif et transdisciplinaire, ménage des temps de discussion entre les participants  ; des documents iconographiques et des séquences filmiques viennent prolonger les réflexions autour d’une métaphore qui n’est définitivement pas un cliché fané.

Voir les illustrations mentionnées

Consulter l’exemplier de la séance

Consulter l’exemplier de l’intervention sur Albert Cohen

Ecrivez-le avec des fleurs

« Ecrivez-le avec des fleurs » est un projet innovant soutenu par le Conseil Scientifique de Paris 3. Il fédère un groupe de jeunes chercheurs de l’ED 120 (Littérature française et comparée) autour de l’étude des métaphores et métamorphoses florales dans la littérature française des XXe et XXIe siècles.