Florilège de citations


Pascal Duarte choisit la métaphore florale, dès les premières lignes de sa confession, pour expliquer et excuser son destin criminel…
«Il y a des hommes qui doivent prendre le chemin des fleurs, pendant que d’autres sont poussés à travers chardons et nopals. Les uns possèdent un regard tranquille et, au parfum de leur bonheur, ils sourient d’un visage innocent ; les autres, accablés du soleil violent de la plaine, se hérissent comme la vermine pour se défendre. D’un côté, pour embellir son corps, le fard et les parfums ; de l’autre, les tatouages que nul ensuite n’est capable d’effacer…»

Camilo José Cela, La famille de Pascal Duarte (1942, traduction française 1948)

 

« Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières
Qui battent comme les fleurs battent au vent dément. »

Guillaume Apollinaire, Alcools (1913)

 

« ALARICA : Le cœur d’une reine… Mon cœur… Les anémones, les églantines, les marguerites, les fleurs, toutes les fleurs sont mélangées, dans un panier, comme de la terre. Dans ces fleurs, dans cette terre, ces galeries sont creusées. Les galeries des hommes coupent celles des femmes. Pour chaque galerie, il n’est qu’un croisement. L’homme et la femme ne se rencontrent qu’une fois. »

Jacques Audiberti, Le Mal court (1946)

 

« FANTASIO : […] je cueille modestement des fleurs en attendant qu’il me vienne de l’esprit. »

Alfred de Musset, Fantasio (1833)

 

« LE BARON : Et toi, Perdican, que fais-tu là devant ce pot de fleurs ?
PERDICAN : Voilà une fleur charmante, mon père. C’est un héliotrope.
LE BARON : Te moques-tu ? Elle est grosse comme une mouche.
PERDICAN : Cette petite fleur grosse comme une mouche a bien son prix.
MAÎTRE BRIDAINE : Sans doute ; le docteur a raison ; demandez-lui à quel sexe, à quelle classe elle appartient ; de quels éléments elle se forme ; d’où lui viennent se sève et sa couleur, il vous ravira en extase en vous détaillant les phénomènes de ce brin d’herbe, depuis la racine jusqu’à la fleur.
PERDICAN : Je n’en sais pas si long, mon révérend. Je trouve qu’elle sent bon, voilà tout. »

Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour (1834)

 

« Mrs Dalloway dit qu’elle se chargerait d’acheter les fleurs. »

Virginia Woolf, Mrs Dalloway (1925)

 

« ─ Ce nénuphar, dit Colin. Où a-t-elle pu attraper ça ?
─ Elle a un nénuphar ? demanda Nicolas, incrédule.
─ Dans le poumon droit, dit Colin. »

Boris Vian, L’Écume des jours (1947)

 

« En réalité, le déclic était la rose rouge sur la cheminée, dans un verre, elle pensait qu’on avait dû me la donner, une fille, alors que je l’avais achetée juste pour la voir en me réveillant, histoire d’égayer un peu les volumes. Même Gibert l’avait remarquée : ‘Et des fleurs, avec ça ?’ Connard. Bref, Betty en rougissait, là, sous mes yeux, convulsion d’enfance. Trois mois ensemble ? Bon, salut. »

Philippe Sollers, Passion fixe (2000)