Trop de fleurs ?

Jules Verne, Trop de fleurs !, préface de François Angelier, « Les Éditions du sonneur », 2012

Que faire lorsque le président de la Société d’horticulture de Picardie vous prend au dépourvu et vous demande de prononcer un long discours pour l’assemblée générale de ladite société, prévue le 22 février 1891 ? La situation est d’autant plus embarrassante lorsqu’on ne sait, comme Jules Verne, « distinguer le géranium de la bourrache, ni le convolvulus du rhododendron ». Devant une fleur, si belle soit-elle, l’écrivain serait en effet tenté d’imiter Perdican et de se contenter d’un « je trouve qu’elle sent bon, voilà tout.[1] » Trop de fleurs !, dont le titre fait écho à La Belle Hélène d’Offenbach, démontre en une trentaine de pages comment l’orateur, à force d’humour et d’ingéniosité, parvient à se tirer une épine − de rose − du pied. Les démarches entreprises dans l’espoir de s’initier à la botanique, restée pour lui terra incognita, lui fourniront même la trame de son discours. À défaut de pouvoir compter sur sa connaissance des fleurs, Jules Verne cultive les fleurs de rhétorique, preuve que l’écrivain et le jardinier ont tous deux la main verte.

Marie Sorel


[1] Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour, 1834.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *