Exposition « L’Art nouveau : la révolution décorative »

Exposition « L’Art nouveau : la révolution décorative » à la Pinacothèque du 18 avril au 8 septembre 2013 

   Les grands noms de l’Art nouveau ─ Gallé, Daum, Lalique, Mucha, Gaudi, Guimard, Grasset, Van de Velde, pour ne citer qu’eux ─ ont cultivé la fleur sous tous ses aspects et à travers une grande diversité de supports. Bois, pierres précieuses, lithographie, fer, verre, opale, diamant : la rétrospective qui se tient actuellement à la Pinacothèque ravira les florophiles, qui pourront admirer, entre autres, les décors floraux des vases d’Émile Gallé et des frères Daum, le portrait fleuri de Sarah Bernhardt par Paul Berthon ou encore La Femme aux iris de Georges Alfred Bottini. L’Art nouveau, dont la première réalisation est l’Hôtel Tassel conçu en 1898 par Victor Horta, à Bruxelles, fait la part belle aux volutes, à l’arabesque, à la nature et à la sensualité. Autant de raisons qui ont poussé les représentants de cet art, qualifié de « nouille » par ses détracteurs, à exploiter la fonction ornementale et la charge érotique de la fleur. Cette dernière se glisse par exemple dans la chevelure des femmes lascives des affiches de Mucha pour le papier à cigarette Job. Dans cet art total parfois taxé de décadence et d’immoralité, les lignes sinueuses des pétales, des feuilles, des tiges et les courbes voluptueuses du corps féminin en viennent à se confondre. La danse serpentine de Loie Fuller, filmée en 1896 par les frères Lumière, en offre une belle démonstration.

Marie Sorel