Désirs, fleurs et volupté

   Si la figure féminine est le fil rouge de l’exposition « Désirs & Volupté à l’époque victorienne » qui se déroule en ce moment (13 septembre-20 janvier 2014) au musée Jacquemart-André à Paris, le visiteur en quête de promenade fleurie ne sera pas en reste, tant les fleurs sont quasiment de tous les tableaux. Exploitant le potentiel ornemental de la fleur, pour laquelle la société de la fin du XIXe siècle s’engoue tant en France qu’en Angleterre, les peintres victoriens en font l’accessoire idéal de leur quête esthétique. En couronnes dans des chevelures tressées, en bouquets sur des guéridons dorés, ou simplement posées sur des genoux délicats, les fleurs sont associées à l’exaltation de la féminité, et permettent aux artistes anglais de célébrer, à travers elles, le « culte de la beauté ». Une beauté qui peut se révéler fatale, comme le prouve l’étourdissant tableau de Sir Lawrence Alma-Tadema « Les Roses d’Héliogabale » (1888). Reprenant un épisode du règne du jeune et cruel empereur, qui fit déverser des brassées de pétales de rose sur la tête de ses invités lors d’un banquet, le peintre offre une représentation à couper le souffle de ce tourbillon fleuri, qui entraîna la mort par étouffement d’un certain nombre de convives.

                                                             

Anaëlle Touboul