Écrivez-le avec des fleurs : métaphores et métamorphoses florales (XXe-XXIe)

 

IL EST DÉFENDU

D’ENTRER DANS LE JARDIN

AVEC DES FLEURS À LA MAIN

 

Cet écriteau, planté à l’entrée du jardin public de Tarbes, est aussi placé, selon Jean Paulhan, « à l’entrée de la Littérature »[1]. Si le critique interroge par là le rapport que la littérature entretient avec les images attendues, il nous faut, à sa suite, considérer la littérature du XIXe au XXIe siècle comme un terrain vague déserté du motif floral, où les fleurs de rhétorique semblent fanées. Jardin gardé par la critique, la littérature de la modernité affirme son rejet de l’héritage classique, et impose comme garantie de sa nouveauté de fuir les lieux communs. Rares sont en effet les images aussi éculées que celle de la fleur, topos de la poésie courtoise que les romanciers, poètes, dramaturges des XIXe, XXe et XXIe siècles, ainsi que les cinéastes, de peur de sombrer dans la facilité, ne peuvent regarder qu’avec défiance. L’écrivain doit-il se garder de céder à la tradition et refuser par principe le cliché ? Doit-il au contraire sacrifier aux clichés et recourir innocemment au motif floral ? La métaphore de la fleur, et les métamorphoses qu’elle subit, dépasse ainsi la prise en compte du seul motif ; voici quelques-unes des problématiques que nous souhaiterions aborder.

Le genre des fleurs : La jeune fille en fleur est une figure incontournable dans laquelle la fleur apparaît comme l’incarnation de l’absolu féminin. Ce topos floral est interrogé voire subverti aussi bien du côté de la pratique des écrivains[2] que de certains courants critiques tels les gender studies.

De l’eau de rose à l’eros : Dans la lignée du Roman de la rose, les fleurs sont assimilées tant au désir de la chair qu’à l’amour le plus spirituel. Du roman sentimental au roman érotique[3] voire pornographique, la « fleur bleue » s’est métamorphosée en « pâquerette » (sexe féminin en argot.)

Bios et thanatos : Symbole d’épanouissement et de luxuriance, la fleur représente aussi la dégénérescence[4]. La réversibilité de la vitalité du végétal en force proliférante va jusqu’au macabre, comme chez Mirbeau. Chez Boris Vian, dans L’Écume des jours, l’antinomie vie/mort s’incarne dans le combat entre le nénuphar mortifère et les fleurs thérapeutiques. Symbole de l’éphémère, la fleur s’inscrit dans le cadre pictural des natures mortes et des vanités où elle apparaît séchée, fanée, coupée. L’esthétique de l’hybridation transforme cette image de fleur fragile en monstre menaçant, notamment dans le récit de science-fiction.

De la nature à l’artifice : Naturelle ou artificielle[5], la fleur possède une dimension ornementale propice à la stylisation et à l’abstraction. Le caractère décoratif de la fleur traverse l’histoire de l’art, de l’Art Nouveau au Body Art, en passant par le Pop Art. Les fleurs sont également parfois des « fleurs de rhétorique », ornements conventionnels dont le pouvoir séducteur est exploré par Jean Paulhan.[6]

Fine fleur et mauvaise graine : L’élitisme du motif floral est attesté, entre autres, par le lys, symbole par excellence du milieu aristocratique[7]. Toutefois, le langage « fleuri »[8]  et les mauvaises herbes envahissent la littérature, à travers la culture populaire (chansons, calembours, jurons).

De la mondanité au sacrilège : Les règles du savoir-vivre requièrent la présence de fleurs dans les réceptions mondaines[9] et autres rites sociaux ou rites de passage, y compris les plus subversifs[10]  nombreux sont en effet ceux qui se jouent du langage des fleurs.

Littérateurs horticoles et botanistes poètes : Loin d’être des champs opposés, littérature et botanique s’influencent mutuellement. Certains scientifiques, tels Linné ou Darwin, s’inspirent dans leurs travaux de la démarche poétique[11] tandis qu’aux côtés des auteurs herboristes, un certain nombre de littérateurs manifestent un intérêt soutenu pour la science horticole[12].

Fleurs oisives et fleurs combattives : Pratique aristocratique et oisive, le jardinage s’oppose dans sa dimension ludique aux activités productives. Cet hédonisme inspiré du carpe diem horacien est radicalisé par le dandy qui exhibe, la fleur à la boutonnière, son mépris du travail. Cette dimension de gratuité peut paradoxalement alimenter la dimension militante de la fleur. Elle permet de véhiculer un message politique, du moins éthique[13]. Les fleurs militantes[14] sont à prendre dans une perspective patriotique voire politique, telle la rose du parti socialiste.


[1]Jean Paulhan, Les Fleurs de Tarbes ou La Terreur dans les Lettres, Paris, Gallimard, 1941 [1936], p. 39.

[2]Jean Genet comme Henry de Montherlant, dans des perspectives toutefois totalement différentes, masculinise le motif floral.

[3]Philippe Sollers, Fleurs : le Grand roman de l’érotisme floral, Hermann, 2006.

[4]Qu’on pense à Baudelaire dans Les Fleurs du Mal (1857), Huysmans dans À Rebours (1884), les Goncourt, dans Germinie Lacerteux (1888) ou Mirbeau dans Le Jardin des supplices (1899).

[5]Le personnage de Des Esseintes dans À Rebours de Huysmans, collectionnant des fleurs naturelles qui doivent avoir l’air artificielles, interroge la hiérarchisation entre nature et artifice.

[6]Jean Paulhan, op. cit.

[7]Voir Le Lys dans la vallée de Balzac.

[8]L’irruption de l’oralité au sein de la narration même est à rapprocher de l’image topique de la fleur poussant dans la fange. Voir Jérôme Meizoz, L’âge du roman parlant (1919-1939), Genève, Droz, 2001.

[9] Virginia Woolf, Mrs Dalloway, Gallimard, folio, (1925), 1994.

[10]On peut penser au jeu abject dont est victime le narrateur du Miracle de la rose de Jean Genet (voir Le Miracle de la rose,  Gall, Folio, 1946, p. 345).

[11]Dominique Clos, La plante au point de vue littéraire : rapports de la botanique et de la littérature, 1868.

[12]Voir le romancier horticulteur et « hortiphile », Octave Mirbeau.

[13]Comme dans Que ma joie demeure de Jean Giono (1935).

[14]On peut citer Le jardin de Bérénice de Maurice Barrès (1891), « La rose et le réséda » (1944) d’Aragon ou Roses à crédit d’Elsa Triolet (1959).

 

Essai

ARAGON, Louis, « Livres Choisis, Philippe SoupaultRose des vents », Littérature, nº 8, octobre 1919

DESBOIS, Hervé, Rêves de fleurs et jardins, Laval (Québec) [Ivry-sur-Seine], Modus Vivendi [diff. Bilisco], 2000

MAETERLINCK, Maurice, L’intelligence des fleurs, 1907

PAULHAN, Jean, Les Fleurs de Tarbes ou la Terreur dans les lettres, 1936

SOLLERS, Philippe, Fleurs : le Grand roman de l’érotisme floral, Hermann, 2006

TZARA, Tristan, « Notes sur Guillaume Apollinaire », Dada, nº 2, décembre 1917

Théâtre

AMIEL Denys, La Femme en fleur, 1935

ANOUILH, Jean, Le Bal des voleurs, 1938

ARRABAL Fernando, Et ils passèrent des menottes aux fleurs, 1969

AUDIBERTI, Jacques, Le Mal court, 1947

BECKETT, Samuel, Tous ceux qui tombent, 1957

CLAUDEL, Paul, L’Annonce faite à Marie, 1912

COCTEAU, Jean, La Machine infernale, 1934
   Les Chevaliers de la table ronde, 1937

DURAS, Marguerite, India Song, 1973

GENET, Jean, Les Bonnes, 1947
   Le Bagne, 1994 [publication posthume]

GIRAUDOUX, Jean, Électre, 1937

HÉBERT, Anne, Les Invités au procès, 1952

IONESCO, Eugène, La Leçon, 1951

MONTHERLANT, Henry de, La Reine morte, 1942

TCHEKHOV, Anton, La Cerisaie, 1904

SARTRE, Jean-Paul, Huis clos, 1954

Poésie

APOLLINAIRE, Guillaume, Alcools, 1913
   Calligrammes, 1918
   Poèmes à Lou, 1955

ARAGON, Louis, « Les lilas et les roses », Le Crève-cœur, 1941
« La Rose et le réséda », La Diane française, 1944
« Strophes pour se souvenir », Le Roman inachevé, 1956
« La Rose du premier de l’an », Elsa, 1959

BRETON, André, Poisson soluble, 1924
   L’Amour fou, 1937
« Le dialogue créole », Martinique charmeuse de serpents, 1948

DESNOS, Robert, Les Ténèbres, 1927
   Chantefables et Chantefleurs, 1970

ÉLUARD, Paul, « Les Fleurs », Les Nécessités de la vie et les conséquences des rêves, 1921
   Capitale de la douleur, 1926
« Blason des fleurs et des fruits », Le Livre ouvert, 1942

FOURCADE, Dominique, Rose-Déclic, 1984

HÉBERT, Anne, Poèmes pour la main gauche, 1997

JACCOTTET, Philippe, Le Semaison : carnets 1954-1979
   La Seconde Semaison : carnets 1980-1994
   Cahier de verdure, 1990
   Après beaucoup d’années, 1994

NOUVEAU, Germain, « Vilain », Valentines, 1922

PONGE, Francis, Le Parti pris des choses, « Le Pain », « Le Papillon », 1942
   La Rage de l’expression, « Le Mimosa », « L’Oeillet », 1952

PRÉVERT, Jacques, Paroles, 1946

QUENEAU, Raymond, L’Instant fatal, 1948.

SAINT-JOHN PERSE, Éloges, 1911

SOUPAULT Philippe, Rose des vents, 1919

TOULET, Paul-Jean, Les Contrerimes, 1921

VALERY, Charmes, « Le cimetière marin », 1922 [1920]
   Album de vers anciens, « Vaines danseuses », « La Fileuse », 1920

Romans, nouvelles, autobiographies

BEAUVOIR, Simone de, L’Invitée, 1943
   Les Mandarins, 1954
   Les Belles images, 1966
   Tout compte fait, 1972
   Quand prime le spirituel, 1979

BECKETT, Samuel, Premier Amour, 1945

CÉLINE, Guignol’s Band, 1944

CHÉDID, Andrée, Les Corps et le temps, 1978
    Mondes, Miroir, Magies, 1988
    L’Enfant multiple, 1989
   Les Saisons de passage, 1996

CAILLOIS, Roger, Babel. Précédé de Vocabulaire esthétique, 1978

COHEN, Albert, Belle du Seigneur, 1968

COLETTE, Sidonie-Gabrielle, Les Claudine, 1900-1903
   Les Vrilles de la vigne, 1908
   La Maison de Claudine, 1922
   La Naissance du jour, 1928

DURAS, Marguerite, Les Fleurs de l’Algérien, 1957
   Moderato cantabile, 1958

FRANCE Anatole, Le Lys rouge, 1894
   La Vie en fleur, 1922

GAILLY, Christophe, Les Fleurs, 1993

GENET, Jean, Le Miracle de la rose, 1946
   Notre-Dame des fleurs, 1948

GIONO, Jean, Que ma joie demeure, 1935
   Colline, 1929

GRACQ, Julien, Le Rivage des Syrtes, 1951

   Un Balcon en forêt, 1958

HOFMANN, Gert, La Petite marchande de fleurs, 1956

HUXLEY, Aldous, Le Meilleur des mondes, 1931

KEYES Daniel, Des Fleurs pour Algernon, 1959

LORRAIN, Jean, La Princesse aux lys rouges, 1894
   Princesses d’ivoire et d’ivresse, 1902
   Narkiss, 1909

MAC ORLAN, Pierre, La Cavalière Elsa, 1921
La Vénus internationale
  Rues secrètes, 1934

MAURIAC, François, Le Baiser au lépreux, 1922
Désert de l’amour, 1925
Thérèse Desqueyroux, 1927

MONTHERLANT, Henry de, Les Jeunes Filles, 1936
Les Lépreuses, 1936
   Les Garçons, 1969
   La Rose de sable, 1968

MOSBY, Steve, Les Fleurs de l’ombre, 2012

PAGNOL, Marcel, Souvenirs d’enfance, 1957-1959
   L’Eau des collines, 1963

PINEAU, Gisèle, La Fleur de barbarie, 2005

PROUST, Marcel, À la recherche du temps perdu, 1913-1927

SAGAN, Françoise, Un Orage immobile, 1983

SAINT-EXUPÉRY, Antoine de, Le Petit Prince, 1945

SAINT-EXUPÉRY Consuelo de, Mémoires de la rose, 2000

SCHMITT Eric-Emmanuel, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, 2001

SIMON, Claude, L’Herbe, 1958
   L’Acacia, 1989
   Le Jardin des plantes, 1997

SOLLERS, Philippe, Passion fixe, 2000

TOURNIER, Michel, Vendredi ou Les limbes du pacifique, 1967

TRIOLET, Elsa, Roses à crédit, 1959

VIAN, Boris, L’Écume des jours, 1947

VIALATTE, Alexandre, Les Fruits du Congo, 1951

WOOLF, Virginia, Mrs Dalloway, 1925