Trop de fleurs ?

Jules Verne, Trop de fleurs !, préface de François Angelier, « Les Éditions du sonneur », 2012

Que faire lorsque le président de la Société d’horticulture de Picardie vous prend au dépourvu et vous demande de prononcer un long discours pour l’assemblée générale de ladite société, prévue le 22 février 1891 ? La situation est d’autant plus embarrassante lorsqu’on ne sait, comme Jules Verne, « distinguer le géranium de la bourrache, ni le convolvulus du rhododendron ». Devant une fleur, si belle soit-elle, l’écrivain serait en effet tenté d’imiter Perdican et de se contenter d’un « je trouve qu’elle sent bon, voilà tout.[1] » Trop de fleurs !, dont le titre fait écho à La Belle Hélène d’Offenbach, démontre en une trentaine de pages comment l’orateur, à force d’humour et d’ingéniosité, parvient à se tirer une épine − de rose − du pied. Les démarches entreprises dans l’espoir de s’initier à la botanique, restée pour lui terra incognita, lui fourniront même la trame de son discours. À défaut de pouvoir compter sur sa connaissance des fleurs, Jules Verne cultive les fleurs de rhétorique, preuve que l’écrivain et le jardinier ont tous deux la main verte.

Marie Sorel


[1] Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour, 1834.

Écrivez-le avec des fleurs : métaphores et métamorphoses florales (XXe-XXIe)

 

IL EST DÉFENDU

D’ENTRER DANS LE JARDIN

AVEC DES FLEURS À LA MAIN

 

Cet écriteau, planté à l’entrée du jardin public de Tarbes, est aussi placé, selon Jean Paulhan, « à l’entrée de la Littérature »[1]. Si le critique interroge par là le rapport que la littérature entretient avec les images attendues, il nous faut, à sa suite, considérer la littérature du XIXe au XXIe siècle comme un terrain vague déserté du motif floral, où les fleurs de rhétorique semblent fanées. Jardin gardé par la critique, la littérature de la modernité affirme son rejet de l’héritage classique, et impose comme garantie de sa nouveauté de fuir les lieux communs. Rares sont en effet les images aussi éculées que celle de la fleur, topos de la poésie courtoise que les romanciers, poètes, dramaturges des XIXe, XXe et XXIe siècles, ainsi que les cinéastes, de peur de sombrer dans la facilité, ne peuvent regarder qu’avec défiance. L’écrivain doit-il se garder de céder à la tradition et refuser par principe le cliché ? Doit-il au contraire sacrifier aux clichés et recourir innocemment au motif floral ? La métaphore de la fleur, et les métamorphoses qu’elle subit, dépasse ainsi la prise en compte du seul motif ; voici quelques-unes des problématiques que nous souhaiterions aborder.

Le genre des fleurs : La jeune fille en fleur est une figure incontournable dans laquelle la fleur apparaît comme l’incarnation de l’absolu féminin. Ce topos floral est interrogé voire subverti aussi bien du côté de la pratique des écrivains[2] que de certains courants critiques tels les gender studies.

De l’eau de rose à l’eros : Dans la lignée du Roman de la rose, les fleurs sont assimilées tant au désir de la chair qu’à l’amour le plus spirituel. Du roman sentimental au roman érotique[3] voire pornographique, la « fleur bleue » s’est métamorphosée en « pâquerette » (sexe féminin en argot.)

Bios et thanatos : Symbole d’épanouissement et de luxuriance, la fleur représente aussi la dégénérescence[4]. La réversibilité de la vitalité du végétal en force proliférante va jusqu’au macabre, comme chez Mirbeau. Chez Boris Vian, dans L’Écume des jours, l’antinomie vie/mort s’incarne dans le combat entre le nénuphar mortifère et les fleurs thérapeutiques. Symbole de l’éphémère, la fleur s’inscrit dans le cadre pictural des natures mortes et des vanités où elle apparaît séchée, fanée, coupée. L’esthétique de l’hybridation transforme cette image de fleur fragile en monstre menaçant, notamment dans le récit de science-fiction.

De la nature à l’artifice : Naturelle ou artificielle[5], la fleur possède une dimension ornementale propice à la stylisation et à l’abstraction. Le caractère décoratif de la fleur traverse l’histoire de l’art, de l’Art Nouveau au Body Art, en passant par le Pop Art. Les fleurs sont également parfois des « fleurs de rhétorique », ornements conventionnels dont le pouvoir séducteur est exploré par Jean Paulhan.[6]

Fine fleur et mauvaise graine : L’élitisme du motif floral est attesté, entre autres, par le lys, symbole par excellence du milieu aristocratique[7]. Toutefois, le langage « fleuri »[8]  et les mauvaises herbes envahissent la littérature, à travers la culture populaire (chansons, calembours, jurons).

De la mondanité au sacrilège : Les règles du savoir-vivre requièrent la présence de fleurs dans les réceptions mondaines[9] et autres rites sociaux ou rites de passage, y compris les plus subversifs[10]  nombreux sont en effet ceux qui se jouent du langage des fleurs.

Littérateurs horticoles et botanistes poètes : Loin d’être des champs opposés, littérature et botanique s’influencent mutuellement. Certains scientifiques, tels Linné ou Darwin, s’inspirent dans leurs travaux de la démarche poétique[11] tandis qu’aux côtés des auteurs herboristes, un certain nombre de littérateurs manifestent un intérêt soutenu pour la science horticole[12].

Fleurs oisives et fleurs combattives : Pratique aristocratique et oisive, le jardinage s’oppose dans sa dimension ludique aux activités productives. Cet hédonisme inspiré du carpe diem horacien est radicalisé par le dandy qui exhibe, la fleur à la boutonnière, son mépris du travail. Cette dimension de gratuité peut paradoxalement alimenter la dimension militante de la fleur. Elle permet de véhiculer un message politique, du moins éthique[13]. Les fleurs militantes[14] sont à prendre dans une perspective patriotique voire politique, telle la rose du parti socialiste.


[1]Jean Paulhan, Les Fleurs de Tarbes ou La Terreur dans les Lettres, Paris, Gallimard, 1941 [1936], p. 39.

[2]Jean Genet comme Henry de Montherlant, dans des perspectives toutefois totalement différentes, masculinise le motif floral.

[3]Philippe Sollers, Fleurs : le Grand roman de l’érotisme floral, Hermann, 2006.

[4]Qu’on pense à Baudelaire dans Les Fleurs du Mal (1857), Huysmans dans À Rebours (1884), les Goncourt, dans Germinie Lacerteux (1888) ou Mirbeau dans Le Jardin des supplices (1899).

[5]Le personnage de Des Esseintes dans À Rebours de Huysmans, collectionnant des fleurs naturelles qui doivent avoir l’air artificielles, interroge la hiérarchisation entre nature et artifice.

[6]Jean Paulhan, op. cit.

[7]Voir Le Lys dans la vallée de Balzac.

[8]L’irruption de l’oralité au sein de la narration même est à rapprocher de l’image topique de la fleur poussant dans la fange. Voir Jérôme Meizoz, L’âge du roman parlant (1919-1939), Genève, Droz, 2001.

[9] Virginia Woolf, Mrs Dalloway, Gallimard, folio, (1925), 1994.

[10]On peut penser au jeu abject dont est victime le narrateur du Miracle de la rose de Jean Genet (voir Le Miracle de la rose,  Gall, Folio, 1946, p. 345).

[11]Dominique Clos, La plante au point de vue littéraire : rapports de la botanique et de la littérature, 1868.

[12]Voir le romancier horticulteur et « hortiphile », Octave Mirbeau.

[13]Comme dans Que ma joie demeure de Jean Giono (1935).

[14]On peut citer Le jardin de Bérénice de Maurice Barrès (1891), « La rose et le réséda » (1944) d’Aragon ou Roses à crédit d’Elsa Triolet (1959).

 

Florilège de citations


Pascal Duarte choisit la métaphore florale, dès les premières lignes de sa confession, pour expliquer et excuser son destin criminel…
«Il y a des hommes qui doivent prendre le chemin des fleurs, pendant que d’autres sont poussés à travers chardons et nopals. Les uns possèdent un regard tranquille et, au parfum de leur bonheur, ils sourient d’un visage innocent ; les autres, accablés du soleil violent de la plaine, se hérissent comme la vermine pour se défendre. D’un côté, pour embellir son corps, le fard et les parfums ; de l’autre, les tatouages que nul ensuite n’est capable d’effacer…»

Camilo José Cela, La famille de Pascal Duarte (1942, traduction française 1948)

 

« Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières
Qui battent comme les fleurs battent au vent dément. »

Guillaume Apollinaire, Alcools (1913)

 

« ALARICA : Le cœur d’une reine… Mon cœur… Les anémones, les églantines, les marguerites, les fleurs, toutes les fleurs sont mélangées, dans un panier, comme de la terre. Dans ces fleurs, dans cette terre, ces galeries sont creusées. Les galeries des hommes coupent celles des femmes. Pour chaque galerie, il n’est qu’un croisement. L’homme et la femme ne se rencontrent qu’une fois. »

Jacques Audiberti, Le Mal court (1946)

 

« FANTASIO : […] je cueille modestement des fleurs en attendant qu’il me vienne de l’esprit. »

Alfred de Musset, Fantasio (1833)

 

« LE BARON : Et toi, Perdican, que fais-tu là devant ce pot de fleurs ?
PERDICAN : Voilà une fleur charmante, mon père. C’est un héliotrope.
LE BARON : Te moques-tu ? Elle est grosse comme une mouche.
PERDICAN : Cette petite fleur grosse comme une mouche a bien son prix.
MAÎTRE BRIDAINE : Sans doute ; le docteur a raison ; demandez-lui à quel sexe, à quelle classe elle appartient ; de quels éléments elle se forme ; d’où lui viennent se sève et sa couleur, il vous ravira en extase en vous détaillant les phénomènes de ce brin d’herbe, depuis la racine jusqu’à la fleur.
PERDICAN : Je n’en sais pas si long, mon révérend. Je trouve qu’elle sent bon, voilà tout. »

Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour (1834)

 

« Mrs Dalloway dit qu’elle se chargerait d’acheter les fleurs. »

Virginia Woolf, Mrs Dalloway (1925)

 

« ─ Ce nénuphar, dit Colin. Où a-t-elle pu attraper ça ?
─ Elle a un nénuphar ? demanda Nicolas, incrédule.
─ Dans le poumon droit, dit Colin. »

Boris Vian, L’Écume des jours (1947)

 

« En réalité, le déclic était la rose rouge sur la cheminée, dans un verre, elle pensait qu’on avait dû me la donner, une fille, alors que je l’avais achetée juste pour la voir en me réveillant, histoire d’égayer un peu les volumes. Même Gibert l’avait remarquée : ‘Et des fleurs, avec ça ?’ Connard. Bref, Betty en rougissait, là, sous mes yeux, convulsion d’enfance. Trois mois ensemble ? Bon, salut. »

Philippe Sollers, Passion fixe (2000)

Références cinématographiques

ALMODÓVAR, Pedro, La Fleur de mon secret, 1995
– Volver, 2006

ALLEN, Woody, La Rose pourpre du Caire, 1985

ANDERSON, Paul Thomas, Magnolia, 1999

BOORMAN, John, Excalibur, 1981

BURTON, Tim, Alice au pays des merveilles, 2010

COPPOLA, Sofia, Virgin suicides, 1999

CORMAN, Roger, La Petite boutique des horreurs, 1960

DALDRY, Stephen, The Hours, 2002

DEMY, Jacques, Peau d’âne, 1970

HITCHOCK, Alfred, Vertigo, 1958

HSIAO-HSIEN, Hou, Les Fleurs de Shanghai, 1998

JARMUSCH, Jim, Broken Flowers, 2005

KAR-WAÏ, Wong, In the mood for love, 2000

MANN, Daniel, La Rose tatouée, 1955

MARSHALL, George, Le Dahlia bleu, 1946

OZON, François, Huit femmes, 2002
Potiche, 2010

TRUFFAUT, François, Domicile conjugal, 1970

WELLES, Orson, Citizen Kane, 1941